Le diabète

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est une maladie qui évolue sur 10 ou 20 ans avant de se déclarer.

La mesure du tour de taille permet d’évaluer le risque de développer un diabète.

Son augmentation rapide ou une mesure supérieure à 88 cm chez la femme, ou 102 cm chez l’homme est un facteur de risque important.

Le diabète de type 2 se traduit par une augmentation de la glycémie (taux de sucre dans le  sang).

L’insuline qui régule ce taux de sucre, est moins bien sécrétée par le pancréas.
De plus les organes cibles de l’insuline deviennent résistant à cette hormone (c’est l’insulinorésistance).
Le sucre en excès qui circule dans le sang se lie à l’hémoglobine pour former l’hémoglobine glyquée (c’est la glycation, on retrouve la même réaction chimique dans la fabrication du caramel !)  C’est pour cela que l’hémoglobine glyquée est dosée tous les 3 mois, car c’est un excellent reflet des glycémies passées.

Les traitements proposés vont

  • soit augmenter la production d’insuline par le pancréas,
  • soit permettre une meilleure efficacité de cette insuline sur ses organes cibles (foie et  muscles)
  • ou encore diminuer l’assimilation des glucides au niveau intestinal.

Le diabète de type 2 peut se compliquer par des atteintes cardiovasculaires, neurologiques, rénales, cutanées, infectieuses…

Comment prévenir le diabète de type 2, éviter les complications, voire guérir ?

Agir sur le mode de vie :

  • Bien dormir et éviter le stress : Le stress est notre ennemi juré. Dès que l’on dort moins de 8h par nuit, la glycémie (tout comme la tension) augmente.
  • Bien bouger : 30 minutes de marche rapide, sans essoufflement, chaque jour, permet de diminuer voir de guérir une insulinorésistance !
  • Bien manger : on ne le répètera jamais assez, c’est dans l’assiette que tout se joue : il faut privilégier les céréales et le pain complets, les produits laitiers (yaourts), les poissons gras, l’huile de colza, les produits issus de la filière oméga 3 ; les fruits et les légumes en quantité et en diversité (sauf les dattes et les figues à éviter) ! Proscrire les produits industriels trop gras et trop sucrés. Supprimez les cuissons haute température, les produits caramélisés, grillés. N’utilisez pas d’édulcorants !

Le saviez-vous ? Le vinaigre permet de réguler l’index glycémique d’un repas. La cannelle et les cranneberies ont un effet bénéfique sur l’insulinorésistance : consommez-en 1c à café chaque jour.

Se complémenter, malgré une alimentation équilibrée certains nutriments sont déficitaires :

  • le zinc, le magnésium, la vit D et le chrome augmentent l’efficacité de l’insuline.
  • Les oméga 3 EPA DHA ont un effet rapide sur la sensibilité musculaire à l’insuline.
  • Les probiotiques, prébiotiques, et la glutamine renforcent l’intestin et permettent entre autre de réguler l’absorption des sucres. On ne devient diabétique que si une dysbiose s’est installée…
  • Réaliser une détoxication hépatique pour éliminer tous les polluants de l’organisme, responsables d’une inflammation chronique, elle-même à l’origine de l’insulinorésistance.
  • Se supplémenter en antioxydant afin de diminuer l’inflammation chronique de bas grade toujours retrouvée dans l’insulinorésistance
  • Prévenir les complications avec l’acide alpha lipoique qui va lutter contre les complications neurologiques .

Pensez aux huiles essentielles : HE de Geranium Rosat et d’Eucalyptus citronné par voie orale. L’HE de cannelle est à inhaler à chaque envie de sucre.

Nous sommes formées pour vous conseiller et vous guider , n’hésitez pas à nous    demander des conseils ou un entretien diététique. (voir conditions à la pharmacie)

 

Author Info

PharmacieDeLaHalle